Situation géographique et administrative

Le village Héraultais de Villemagne l’Argentière est situé en bordure de la rivière Mare et fait partie de la Communauté de communes Grand Orb à une trentaine de kilomètres au nord de Béziers. Situé sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, le bourg servait d’étape entre l’abbaye de Joncels, Olargues et la grande abbaye de Saint Pons de Thomières.

Site d’exploitation minière d’argent et de plomb depuis la préhistoire, et de fabrication de poteries à l’époque gallo-romaine le village s’est développé grâce à l’utilisation de deux roches endémiques, le calcaire feuilleté d’une part et un grés ocre qui caractérisent édifices civils et religieux.

Le monastère Bénédictin implanté en l’an 800 par Clarinius et Julides, deux moines du Monte Cassino, en fait une abbaye sœur de celles d’Aniane, Lagrasse, Montmajour, Caunes Minervois, Saint Thibéry, qui auront à vivre la même histoire avec le saccage des guerres de cent ans, puis celui des guerres de religion (Claude Caylus Narbonne, Seigneur de Faugères provoquera un déclin de l’abbaye). L’abbaye sera reconstruite par les moines Mauristes issus de l’abbaye de Saint Maur des Fossés puis sera abandonnée à la révolution et vendue de manière parcellaire au moment de la désamortisation des biens du clergé.

Ayant participé à la création de réseaux de canaux d’irrigation et à la domestication de terres agricoles alluviales, les moines exploitaient aussi les mines de plomb et d’argent et se partageaient la rente des mines avec les Vicomtes Trencavel de Béziers et Carcassonne.

Il subsiste à l’intérieur du village tout un réseau de maisons du XIIIème siècle dont la plus emblématique est l’Hôtel des Monnaies qui est actuellement le siège de la mairie et dont une partie est ouverte à la visite.

Il existe une zone d’activité économique sur la commune qui est en déconnexion avec le centre historique et du fait de l’inondabilité , la commune possède un PPRI et les zones inondables ont eu une influence sur la démographie du village qui n’a pu évoluer. Ce dernier compte toujours en ses murs 450 habitants comme c’était le cas avant la guerre de 1914/1918. Cette faiblesse a eu pour effet d’en préserver l’authenticité.

Le bourg abbatial compte trois monuments classés (l’église Saint Grégoire du XIème siècle, l’abbatiale Saint Majan du XIVème siècle, l’Hôtel des Monnaies du XIIIème siècle) et deux inscrits à l’inventaire des MH (l’abbaye Mauriste du XVIIIème siècle et la Tour de Mirande du XIIème et le Pont du diable du XVIIIème siècle).

Outre ces monuments Villemagne compte des tronçons de remparts et une barbacane, un four banal et les vestiges de l’abbaye primitive de Saint Martin.

« La cité abbatiale de Villemagne l’Argentière» serait une dénomination adaptée, tant l’abbaye a structuré le village et les paysages alentours.

Équipements, services et commerces

Villemagne l’Argentière est situé à 4 km de la station thermale de Lamalou les Bains et entre dans la zone de chalandise de cette dernière. Sa situation et son patrimoine en font un lieu d’attraction dans l’arrière-pays Biterrois.

Sa mairie classée monument historique propose un point Poste.

Une école en regroupement pédagogique avec la commune voisine du Pradal est assortie d’une cantine, d’une bibliothèque, d’une ludothèque, d’une salle d’informatique et des actions de sensibilisation au patrimoine se font en lien avec l’équipe enseignante.

Sur le plan commercial le village comprend deux restaurants : l’un proposant une cuisine plutôt traditionnelle et l’autre de type gastronomique. Un bar tabac, une épicerie qui vend des produits locaux (charcuteries, fromages, vins…), un garagiste et une agence d’assurance viennent compléter l’offre.

Un marché paysan et terroir se tient tous les dimanches d’avril à octobre en cœur de cité et offre une grande variété de produits.

Sur la zone commerciale en périphérie se trouve un hypermarché, une SICA (coopérative agricole et boutique de producteurs), une boutique d’optique, un salon de coiffure, une galerie d’art, une grande surface de décoration, un magasin de composants d’acier, un contrôle technique et une chambre funéraire.

Découvrir la liste des commerces et entreprises.

Des gites proposent l’accueil à des touristes ou à des curistes.

Une saison musicale axée sur la musique classique et baroque a lieu entre le mois d’avril et le mois d’octobre dans l’église Saint Majan à raison de un à trois concerts par mois.

Des artisans d’art demeurent sur le village (une potière et une artiste travaillant le métal).

Des animations ont lieu au long de l’année (fête du jeu, fête vénitienne, fête du 15 Août, journées du patrimoine, marché de Noël…).

14 associations jalonnent l’année d’animations et contribuent au dynamisme de la commune : chorale polyphonique « les chœurs de l’Argentière », cours de yoga, cours d’anglais, cours d’informatique, sports et loisirs, judo, association cynégétique, association de parents d’élèves « les diablotins de l’Ouradou », association du jeu, club des anciens, les amis de Saint Majan qui se dédient à la valorisation du patrimoine et s’investissent plus particulièrement dans la restauration de l’église abbatiale.

La société archéologique des Hauts Cantons, qui a son siège dans l’église Saint Grégoire, organise des conférences mensuelles, des visites guidées du village et de chantiers de fouilles et publie un bulletin par an.

Découvrir la liste des associations.

Sur le plan agricole la commune est une zone de polyculture avec la prédominance de la vigne qui est fédérée par la coopérative « les coteaux de Capimont »située à trois kilomètres sur la commune d’Hérépian et la SICA du Caroux qui collecte revend et transforme les produits agricoles de notre territoire (châtaignes, pommes, cerises, maraichage, trufficulture…

Un nombre important de Villemagnais travaillent sur le site des centres de santé et thermes de Lamalou les bains distants de 5km.